AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez|

Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Ven 16 Déc - 14:45

L’arbre brisé. De cet endroit le chef rassemblait le clan. Enfin la cheftaine, comme Fenrir se plaisait à l’appeler. Fenrir amait l'apect tordu et torturé de ces branches qui donnait à l'arbre une touche unique. Il était immense, et, bien des générations avant la naissance du jeune Loup, des humains avaient taillés des marches le long de son tronc pour pouvoir atteindre la plateforme naturelle que la foudre avait formé. Un endroit solennel, symbolique, aussi ancien que le clan lui-même… Et en ce moment occupé par notre farceur de service, qui démontrait une fois encore son non respect de l’autorité. Que faisait-il là, vous vous le demandez sans doute ?
Et bien c’était une superbe journée ensoleillé, et monsieur avait décidé d’aller faire la sieste.
Il s’était levé d’humeur paresseuse ce jour-là, et après s’être habillé d’une de ses plus jolies tuniques en peau de daim, couleur crème, il avait décidé d’aller « chasser ». Comprenez par là, se balader dans la forêt. Il y avait passé le plus clair de sa matinée à chercher des fraises, sans grand succé et à se baigner dans la rivière, c'était une journée réellement étouffante. Puis, comme à chaque fois qu’il s’ennuyait il lui était venu l’idée de, parlons poliment, emmerder son petit monde. Tout d’abord il n’avait pas trop su quoi faire, après tout, après trois ans à faire les quatre cent coups il finissait par être un peu à cours d’idées, au grand bonheur du clan qui pouvait enfin respirer un peu. Puis passant pour la énième fois devant ce symbole de l’autorité il lui vient en tête qu’il devait être très agréable de s’y reposer à l’ombre par une aussi chaude journée.

Aussitôt dit, aussitôt fait, sous les regards mi-curieux, mi-exaspérés du clan, il enleva sa chemise, monta sur ce piédestal naturel, et s’en fit un confortable oreiller. Il entendait déjà les murmures indignés qui s’élevaient d’en bas. Fenrir imaginait leur tête là-bas en bas, horrifiés par son audace, impossible pour eux, les loyaux chiens-chiens de Sheffra de faire preuve ne serait-ce qu'un peu d'imagination. Après tout, pourquoi pouvoir venir dans cet endroit si agréable devrait être l'apanage d'une toute petite élite ? Il trouvait ça ridicule.
Il sourit doucement, avant de sortir un bout de bois et de commencer à sculpter, sans grande motivation, juste pour le plaisir de s’occuper les mains. Que demander de plus ? Tranquille, à l'ombre, à reposer le corps et l'esprit.

Levant les yeux un bref instant il se mit à observer l’effervescence du clan, à la fois si proche et si lointain qu’il lui paraissait venir d’un autre monde. Il se sentait si bien à cette hauteur, dominant ce petit monde, une agréable brise le rafraichissant de cette journée à la chaleur pesant, ébouriffant gentiment ses cheveux bruns. Il ferma les yeux et se laissa porter par l’impression de bien-être profond qu’il ressentait. Même si sachant que cela ne durerait pas, il ne doutait pas qu’on viendrait le déloger bien trop tôt… Mais d’un autre côté celui qui s’y frotterait n’aurait pas la tâche facile pour réussir à le faire descendre.
Revenir en haut Aller en bas
Ҩ Chef de Clan
avatar
Sheffra
Ҩ Chef de Clan
Messages : 477
Date d'inscription : 02/04/2011

Feuille de personnage
Relation(s) du perso::

MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Sam 17 Déc - 6:49

Ah ! Tu veux t'amuser ? Amusons-nous. Quand je t'aurais égorgé du riras bien !



Le vent jouait avec ses mèches de jais, les faisait tourbillonner dans un ballet obscur et dangereux. C'était l'hiver. La froideur du matin avait étendu ses bras glacés sur le camp, dans une étreinte gelée, et les fleurs, derniers vestiges du printemps passé , étaient emprisonnées par le givre. Peu à peu, les feuilles des arbres se ternissaient, se ramassaient sur elles-même pour finir par pourrir et se décrocher de leurs branches, avant de tapisser le sol de cadavres végétaux. Le ciel était voilé, le soleil brillait peu, la guerre était proche. Elle allait devoir se battre, mais cela n'était pas cela qui la tourmentait. Ce n'était pas non plus le fait de se dire qu'elle allait peut-être voir quelqu'un tomber au combat pour ne plus jamais se relever, un ami, un amour, un ennemi. Elle n'allait pas combattre seule, elle n'allait pas décider seule, et pire encore, elle allait devoir faire confiance en ses alliés, en les guerriers de son clan, tous, sans exception. Et cela était dur pour elle, qui avait toujours été seule , et ce depuis son enfance. S'ouvrir à Dreno avait déjà été si compliqué, et elle ne se sentait pas vraiment prête à accorder sa confiance aux autres. Elle ne connaissait pas vraiment les guerriers de son clan à part Narwyn, sa fidèle lieutenante. Lorsqu'elle n'était pas encore chef, elle n'avait pas jugé utile de se lier d'amitié avec les autres, mais maintenant c'était son clan, et ses guerriers qui allaient se battre. Et elle devait les connaître, afin de prendre les bonnes décisions pour eux . Narwyn était introuvable, aujourd'hui, elle avait sûrement du sortir, et la jeune chef sourit en songeant au nombre de fois ou elle avait quitté le camp sans prévenir, ce qui avait sûrement du énerver Kunaï à l'époque. Mais les temps avaient changés, et elle n'en voulait pas à sa lieutenante de ne pas l'avoir prévenue de son départ. Elle était juste heureuse qu'elle sache encore s'amuser, même en sachant que bientôt, elle allait peut-être mourir. L'assemblée était proche. Et Sheffra avait peur pour son clan. Car elle se moquait de mourir, son seul destin était de servir ses guerriers, de les protéger. Et participer à une guerre qui n'était pas la sienne n'était pas la meilleure façon, de s’acquitter de sa tâche. Et pourtant, si les ours gagnaient la guerre sur les rats, les autres clans ne pourraient s'empêcher de réagir. Et son devoir, le devoir de chacun était de protéger la forêt. Elle se leva, remonta sa capuche en poil de lapin sur sa tête, cherchant à cacher son visage fin et délicieusement magnifique. La beauté n'était qu'un atout superficiel, un bouclier destiné à se faire sous-estimer. Une femme, belle, de dix-sept ans, mince, assez frêle ne semblait pas être, pour les ennemis, un combattant digne de ce nom. Et pourtant, personne ne se posait la question du pourquoi est-elle devenue chef. Grossière erreur. Fatale, qui ne manquait jamais de faire des morts dans l'autre camp.
Le froid lui mordait le visage, sans qu'elle n'en ressente la douleur. Avec les années, elle s'était habituée aux hivers glaciaux, aux tempêtes de neige, au vent qui s'infiltre sous les couvertures. Tout cela était la routine hivernale, le manque de gibier et les maladies contagieuses étant les pires surprise de cette saison traitresse. Et pourtant, comment ne pas admirer les beautés éphémères du froid ? La neige n'était pas encore tombée, et Sheffra se surprit à avoir un sentiment mitigé sur cette absence de flocons. Ce n'était pas pratique pour la chasse, encore moins pour la guerre, lorsque les empreintes de pas ressortaient sur la blancheur de la neige immaculée, c'était comme si un guerrier se plantait au milieu du champ de bataille, sans armes et criant :

-Ah ! Je suis làààààààà ! Youhouuuuu !

Hum.
La jeune chef ne s'était pas vraiment éloignée du camp, elle guettait depuis une heure l'arrivée des guerriers chasseurs. Et elle s'inquiétait. Il lui faudrait bientôt augmenter le nombre de chasseurs dans chaque patrouille, et cela impliquait diminuer l'entraînement de ses hommes, ce qui était relativement dangereux, vu qu'une guerre se préparait. C'était Pathétique. Les ours et les rats n'auraient même pas pu attendre l'été avant de vouloir s'égorger, mais non, il fallait se compliquer la tâche, bien évidemment ! La seule consolation qu'on pouvait en tirer, c'était que les ennemis eux aussi seraient embêtés. Maigre, maigre consolation.
Il leur fallait également cueillir des plantes pour les mages, avant que le gel ne brise les minces espoirs de lutter contre les maladies. Son regard se posa sur l'arbre brisé, et sa surprise se mua en fureur lorsqu'elle vit qu'un hurluberlu osait prendre sa place. Un sourire mauvais se dessina sur les lèvres légèrement bleutés de la belle indienne, et, dans un bond sauvage et gracieux, elle se positionna de manière à cacher le soleil du guerrier qui faisait sa bronzette. Il mit un petit moment avant de se rendre compte que sa peau ne risquait plus de dorer , et il ouvrit les yeux, amusé ou mécontent, la jeune chef ne saurait le dire. Elle se fichait comme de sa première victime qu'il soit ou non sur son rocher, à SA place, ce qui la mettait en furie, c'était le fait que cet imbécile de co***** de louveteau se face cramer le corps pendant que le reste du clan crevait de faim.

-Suis-je de trop, demanda-t-elle d'une voix froide et méprisante.

-Peut-être monsieur daignera-t-il s' intéresser à la vie du clan, à moins que son égoïsme soit bien plus gros que sa misérable caboche vide, ce qui serait fort déplaisant, car les loups sont en train de crever à cause de l'absence de gibier, du froid et des maladies. Il serait peut-être judicieux, vu le manque de guerriers, de proposer son aide afin d'aider de son possible les autres membres de ce clan.

Et heureusement qu'elle était là, sinon cet idiot aurait bien pu rester là toute la journée, à observer les autres guerriers s'agiter à aider le camp. Elle le détestait déjà. Le visage de l'homme se transforma soudain, sans qu'elle ne sache qu'elle expression flottait sur son visage. Elle jeta un rapide cou d’œil au corps assez appréciable du jeune homme, qui devait avoir son âge. C'était toujours plus compliqué, quand ils étaient jeunes. La jeune fille parlait des autres comme si elle était vieille, pourtant, elle ne se souvenait pas être passée par l'enfance, ou même l'adolescence. Née dans le sang, une arme à la main, elle n'avait pas eu le temps de s'amuser, de désobéir ou même de se reposer. Jamais elle ne s'était rebellée, car jamais elle n'avait été obligée de suivre des règles. Seule, et toujours seule, elle s'était forgée sa personnalité en même temps que son épée, et sa patience était aussi fine que sa lame, sa colère possédait le tranchant de l'arme. Jamais elle ne s'était intéressée aux jeunes, car elle ne se sentait pas dans la même catégorie qu'eux, ne se situait pas au-dessus ni en-dessous, mais trouvait juste que leur monde était différent du sien. Et les guerriers matures la traitaient souvent avec plus de respect que les ado jaloux. Elle posa à nouveau son regard méprisant sur le jeune garçon, avant de rire en entendant sa réponse.



________________________________________

Souffrance déchirante et échos lancinants
Océan de noirceur et de solitude
Incapacité de se relever pour aller de l'avant
Inquiétude

Ce qui ne peut sortir des lèvres
Agonise dans le cœur
Douleur

©️ Cristal' 2012

.•° Sheffra & Andora °•.

AAAAAAN!! C'est trop beau ! Moiraaaaaaaaaa ♥️♥️♥️


Andora:
 



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://univers-aastra.bb-fr.com
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Sam 17 Déc - 7:56

Les yeux fermés, écoutant le vent dans les feuillages, le corps chauffé par un soleil des plus agréables… Qu’est-ce qu’il était bien ! Rien ne venait troubler la quiétude de l’air ni la chaleur du soleil… qui étrangement ne venait plus lui caresser le visage. Une ombre inattendue e gênait. Il ouvrit soudain les yeux et se retrouva face à face à une silhouette, indéniablement féminine, qui lui cachait le soleil. Poussant un grommellement, il n’eut qu’une envie lui tourner le dos et continuer tranquillement sa sieste. Enfin, devinant que l’ombre en question n’allait sûrement pas rester sans rien dire, il laissa échapper un soupir ennuyé, attendant le sermon qui sans aucun doute ne tarderait pas à venir et se releva légèrement, regardant de ses yeux étranges la jeune femme, une expression indéchiffrable entre l’amusement et l’ennui sur le visage.

-Suis-je de trop, demanda-t-elle d'une voix froide et méprisante.

« Oui, un peu », pensa-t-il intérieurement, alors qu’une expression cette fois-ci indéniablement amusée venait se peindre sur son visage expressif. La voix froide dans laquelle couvait une fureur rentrée ne l’avait pas le moins du monde impressionné. Peut-être que s’il s’était rendu compte que c’était sa chef qui lui faisait face aurait-il réagi différemment, mais alors là, il s’en fichait royalement.

-Peut-être monsieur daignera-t-il s' intéresser à la vie du clan, à moins que son égoïsme soit bien plus gros que sa misérable caboche vide, ce qui serait fort déplaisant, car les loups sont en train de crever à cause de l'absence de gibier, du froid et des maladies. Il serait peut-être judicieux, vu le manque de guerriers, de proposer son aide afin d'aider de son possible les autres membres de ce clan.

Egoïste ? Caboche vide ? Et bien, le moins que l’on pouvait dire c’était que mademoiselle avait du caractère ! Et où elle avait vu qu’il faisait froid d’ailleurs ? C’était l’un des automnes les plus chauds qu’ils avaient eu depuis des années. Bon, il était sans nul doute tant de se relever, histoire de voir un peu à qui il avait à faire. Avec une langueur bien visible, sans se presser il s’étira, baillant à s’en décrocher la mâchoire, avant de se relever d’un seul bond vif, se retrouvant nez à nez avec… Sheffra ! Aïe, il ne se doutait pas que la grande cheftaine en personne viendrait le déloger de son perchoir. C’était… Ennuyant. Il ne connaissait pas vraiment Sheffra, juste de réputation, et ça n’avait pas l’air d’une rigolote.

Mmmmm… Il savait ce que valait Kunaï et à vrai dire après quelques confrontation l’ancien chef avait fini par vite le mettre au pas. En fait sa joue gauche gardait un cuisant souvenir d'une violente gifle qu'il lui avait administré; on c'est vrai qu'il l'avait mérité mais bon. En tout cas avec Kunaï il rigolait pas. Mais elle… Un sourire inquiétant vint fleurir sur ses lèvres, découvrant ses dents blanches. Elle, il ne la connaissait pas du tout, et il était grand temps de la tester…
Prenant son temps pour répondre il la dévisagea de la tête au pied. Pas désagréable à regarder d’ailleurs, enfin si elle souriait un peu. Une jolie brunette quoi, et que comme à son habitude il ne dépassait en taille que de justesse. Après cette petite pause la cheftaine eut l’air de s’impatienter ; tant mieux.

-Dites Shef, j’y suis déjà allé ce matin, commença-t-il, prononçant exprès son titre de manière à qu’elle se demande si c’était une marque de respect ou un surnom un brin moqueur. Alors, je pense que j’ai bien mérité une petite pause, non ?, continua-t-il son regard clair plongé dans les yeux noirs et sombre de son interlocutrice.

Il savait qu’il venait de jeter de l’huile sur le feu. Fenrir savait plus ou moins déjà ce qu’elle allait lui dire : que les clans étaient en guerre, que les loups avaient besoin de toutes les paires de bras disponibles, qu’il n’était qu’un irresponsable doublé d’un égoïste et patati et patata.. La guerre, il évitait d’y penser, c’était une chose qu’il ne concevait pas et ne voulait ni imaginer. Sincèrement, ça lui foutait la trouille ni plus, ni moins. Il avait peur de perdre le contrôle dans la bataille, de devenir fou et de tuer et tuer encore jusqu’à ce qu’on réussisse à l’abattre. C’était ce qu’il redoutait par-dessus tout. Il ne voulait plus tuer, mais, il savait qu’il ne pourrait pas y échapper, il lui faudrait défendre le clan. Il se fichait de qui avait tort ou qui avait raison dans ce conflit, la seule chose qui lui importait c’est qu’il ne pourrait pas y échapper.

Mais enfin ce n’était pas son problème le plus urgent, mais bien la brunette qui lui faisait face, des éclairs de rage dans ses grands yeux noirs. Fenrir se tendit, prêt à esquiver, peut-être , une gifle, on disait partout dans le clan qu’il ne fallait pas se fier à l’apparence frêle de la jeune femme, et il n’était pas suicidaire non plus, peut-être un peu sado maso à la limite mais ça ne vas pas plus loin…
Revenir en haut Aller en bas
Ҩ Chef de Clan
avatar
» Moïra
Ҩ Chef de Clan
Messages : 702
Date d'inscription : 27/03/2011

Feuille de personnage
Relation(s) du perso::

MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Sam 17 Déc - 12:24

Sheffra, on est pas en hiver hein! x)

________________________________________



Nyati & Kida:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://silverwood-rpg.bb-fr.com
Ҩ Chef de Clan
avatar
Sheffra
Ҩ Chef de Clan
Messages : 477
Date d'inscription : 02/04/2011

Feuille de personnage
Relation(s) du perso::

MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Dim 18 Déc - 3:57

Ah bon ? Oups !
On est pas dans les mêmes saisons qu'en vrai ? *se pend*
Chais pas moi, quand il y a du givre partout autour de moi et que je dois faire un RP, ben je me dis que c'est l'hiver mais bon ...

________________________________________

Souffrance déchirante et échos lancinants
Océan de noirceur et de solitude
Incapacité de se relever pour aller de l'avant
Inquiétude

Ce qui ne peut sortir des lèvres
Agonise dans le cœur
Douleur

©️ Cristal' 2012

.•° Sheffra & Andora °•.

AAAAAAN!! C'est trop beau ! Moiraaaaaaaaaa ♥️♥️♥️


Andora:
 



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://univers-aastra.bb-fr.com
Ҩ Chef de Clan
avatar
» Moïra
Ҩ Chef de Clan
Messages : 702
Date d'inscription : 27/03/2011

Feuille de personnage
Relation(s) du perso::

MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Dim 18 Déc - 4:37

ben oui, mais à cause des évents de la guerre, l'automne à été lancé y a pas longtemps avec tout le retard qu'on a eu. Donc non, les saisons sont pas pareilles. On restera en automne tant que la guerre sera pas finie Smile

________________________________________



Nyati & Kida:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://silverwood-rpg.bb-fr.com
Ҩ Chef de Clan
avatar
Sheffra
Ҩ Chef de Clan
Messages : 477
Date d'inscription : 02/04/2011

Feuille de personnage
Relation(s) du perso::

MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Dim 18 Déc - 4:38

ok, mais je change pas mon RP, j'ai mis trop de temps à le faire !

________________________________________

Souffrance déchirante et échos lancinants
Océan de noirceur et de solitude
Incapacité de se relever pour aller de l'avant
Inquiétude

Ce qui ne peut sortir des lèvres
Agonise dans le cœur
Douleur

©️ Cristal' 2012

.•° Sheffra & Andora °•.

AAAAAAN!! C'est trop beau ! Moiraaaaaaaaaa ♥️♥️♥️


Andora:
 



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://univers-aastra.bb-fr.com
Ҩ Chef de Clan
avatar
» Moïra
Ҩ Chef de Clan
Messages : 702
Date d'inscription : 27/03/2011

Feuille de personnage
Relation(s) du perso::

MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra] Dim 18 Déc - 4:48

je comprend x)

________________________________________



Nyati & Kida:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://silverwood-rpg.bb-fr.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra]

Revenir en haut Aller en bas

Paresse, quand tu nous tiens ! [PV: Sheffra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Silver Wood RPG :: Introduction :: Corbeille-