AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez|

Rencontre entre lieutenantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ҩ Lieutenante
avatar
Tika
Ҩ Lieutenante
Messages : 407
Date d'inscription : 13/04/2011

Feuille de personnage
Relation(s) du perso::

MessageSujet: Rencontre entre lieutenantes Sam 12 Nov - 2:03

Mauvaise journée. Tika était dans un endroit où elle ne devrait pas être, en train de faire quelque chose qu'un lieutenant ne devrait pas faire à une époque où elle ne devrait rien faire de ce genre. Autrement dit, elle était sur le territoire des lions en train de ramasser des herbes alors qu'une guerre venait d'éclater. Génial. Mais comme Erza n'avait pas d'apprentie, c'était à elle qu'on avait confié cette mission, surtout que c'était dangereux car les herbes en question ne poussaient que sur le territoire des lions en cette période de l'année. Pourquoi n'avait-elle pas fait de stock ? Sûrement parce que l'ancienne mage était partie en la laissant sur place alors que les réserves d'herbes étaient pratiquement vides. Quelle organisation pourrie. Mais on ne peut pas échapper à son devoir. La lieutenante était donc en train de récolter des herbes appartenant à un autre clan. Herbes qu’elle avait d’ailleurs mit des heures à reconnaître parmi toutes les plantes qui se trouvaient là. Heureusement, elles se trouvaient non-loin de la frontière. Tika put en ramasser autant que sa sacoche le permettait avant de repartir vers la frontière et donc, la sécurité. Mais un bruit lui parvint derrière elle. Quelqu’un arrivait. Elle avait mis sa cape de fourrure noire ce qui lui permettait de ne pas être reconnue de loin. C’était la nuit et la lune était cachée par quelques nuages. Excellent. La jeune femme se plaqua au sol et attendit que les bruits de pas s’éloignent pour se mettre à courir. Elle fusait le plus vite possible, sachant que les lions étaient très rapides sous leur forme animale. Sa cape en fourrure masquait en partie son odeur et le parfum des herbes terminait de la dissimuler. Malgré leur odorat très développé, ils ne sauraient pas de quel clan elle venait. Continuant sa course folle à travers la forêt, la guerrière entendit de nouveau des gens arriver. Mais elle ne pouvait plus se cacher, c’était trop tard pour ça. Elle accéléra autant qu’elle put, essayant de puiser dans toutes ses réserves. Le vent giflait son visage, ses cheveux volaient derrière elle, ses longues jambes touchaient à peine le sol et son souffle était tellement rapide qu’il en était devenu inaudible. Elle passa la frontière. Sauvée. Mais elle ne s’arrêta pas, de peur que les lions la pourchassent encore. Quand elle fut à bout de souffle, elle dut s’asseoir sur des rochers. Elle regarda autour d’elle. C’est bon, elle était seule. Elle ouvrit sa sacoche. Les herbes étaient encore là, bien qu’elle en eu perdu quelques unes sur le chemin. Elle les enveloppa dans du tissus pour masquer leur odeur et bu un peu dans sa gourde. L’eau était comme le meilleur des remèdes dans la bouche, c’était merveilleux. Sa gorge si sèche semblait revivre et elle put respirer à peu près normalement. Une chouette passa, elle tressaillit, encore fatiguée de son effort. Elle avait le souffle court mais du se lever pour rentrer. Elle inspecta sa place, il n’y avait rien, aucun brin d’herbe, aucune fleur n’était tombé. Elle ne devait pas laisser de trace de sa venue. La jeune femme vit une grotte à quelques pas. Elle était à la roche ancestrale. C’était encore trop près du camp des lions pour qu’elle retire sa cape. Elle se remit donc à marcher tête baissée quand elle heurta quelque chose. Une guerrière du clan du lion. De la même taille qu’elle, brune, yeux chocolat : Tamara. Zut. Elle leva ses yeux émeraude vers la nouvelle arrivante et se redressa. Elle avait vraiment l’air coupable, rien qu’à la regarder, c’était flagrant. Pourtant, le reflet de la lune sur sa cape donnait l’impression qu’elle était brune et non noire et l’odeur des herbes était étouffée. Sous sa forme humaine, elle ne pourrait pas les sentir. Peut-être avait-elle une chance. Prenant un air assuré, elle regarda la lieutenante des lions et planta son regard dans le sien. Toute trace de culpabilité avait disparu de ses yeux, il ne restait que sa froideur habituelle. Après tout, si elle lui racontait tout, elle pourrait peut-être partir. Les mages avaient le droit de cueillir des herbes sur les autres territoires s’ils avertissaient le chef du territoire sur lequel poussaient les herbes recherchées. Mais elle n’était pas mage et n’avait pas d’autorisation. Il fallait improviser. Soit, elle était prête à tout. Ces herbes, selon la mage de son clan, étaient le seul remède contre un poison qui pousse dans la forêt profonde. Les enfants étaient malades tous les ans à cause de cette plante, surtout en hiver car ils étaient affamés et donc attirés par les jolies baies rouges du buisson plein d’épines. C’était son devoir de ramener le remède au camp. Il y en avait plein chez les lions alors que la plante mortelle ne poussait que chez les cerfs. Ils n’en avaient pas besoin. Leurs plaines étaient parsemées de ces herbes miracles. Prenant son courage à deux mains, réprimant toute pointe de sentiment dans sa voix, Tika salua la lionne.

-Bonsoir Tamara. Je suis Tika, lieutenante des cerfs mais vous devez le savoir, on s’est vues à l’assemblée.

Elle n’ajouta rien. C’était un salut standard, rien de particulier. Elles s’étaient en effet saluées à l’assemblées, comme avec tous les lieutenants. Elle n’avait pas demandé ce que faisait la lionne hors de son territoire si tard car elle lui aurait sûrement retourné la question. Tika n’avait qu’une envie. Qu’Erza trouve rapidement un apprenti pour qu’elle n’ait plus à réaliser ce genre de missions. Un lapin passa. UN LAPIN ! Il n’y en avait presque plus en cette saison. Tika ne résista pas. Elle sortit son poignard et le lança. En plein dans le mile. Un lapin à la fin de l’automne, c’est trop précieux pour être gaspillé même dans des moments pareils. Elle s’agenouilla, ramassa l’animal et le rangea dans sa sacoche entouré de tissus comme ils avaient l’habitude de le faire avec les animaux de ce type. Heureusement que quelques herbes étaient tombées sinon elle n’aurait pas put ranger sa prise dans sa sacoche.

-Désolé. On en trouve plus sur notre territoire, je ne pouvais pas le laisser là.
Revenir en haut Aller en bas

Rencontre entre lieutenantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Silver Wood RPG :: Introduction :: Corbeille-